HVE c’est quoi l’idée ?



Un jour un ami m’a invité a faire une journée de vendange en bourgogne à Gevrey-Chambertin dans une petite exploitation viticole. Après une matinée a coupé du raisin sur une parcelle nous sommes passé à la dégustation, la vigneronne nous dit que ces vignes était en HVE et cela m’a tout de suite fait comprendre que cela n’est pas claire avec l’agroécologie de quoi parlons nous c’est à l’écologie de s’adapter a l’agriculture ou c’est l’agriculture qui doit s’adapter à l’écologie.


Alors oui c’est compliqué pour ces exploitations de continuer dans les mêmes conditions qu’avant mais là est le challenge et nulle part ailleurs.

Et aucun nouveau label avec toutes les subventions possibles. Et l’aval du gouvernement quelle qu’il soit.


Pourquoi un autre label ???? est-ce la maladie Française de toujours vouloir en faire plus de règles de lois de label à la fin c’est le client qui est lésé par une multitude de label, de discours, de commentaires etc… ma plainte et que cela ne donne pas de la clarté bien au contraire et pour quoi cela me demanderez-vous, je vous laisses deviner. Cela me rappelle ‘dieslgate’ L'optimisation par les constructeurs automobiles des émissions polluantes lors des cycles d’homologation.


"Lhomme doit il toujours remettre en question les choses, le paradigme a changé avec la culture Bio pas besoin d’un énième label trompeur pour obscurcir le client.


Tout d’abord rappeler que le vin c’est un businesse, et ceux qui prône Le développement du HVE sont les gros faiseurs en langage cru, c’est exploitant voit leurs clients demander de plus en plus de vins respectueux de l’environnent, mais leur business model ne correspond pas à cela.


Le Bio fait vendre et vendre beaucoup aujourd’hui le consommateur ira plus vers ce genre de vins labellisé que des vins non labélisés alors Bio ça veut dire quoi …………….


Et c’est là ou ça devient compliqué pour certains exploitants cela peut leur faire baisser leurs volumes donc leur CA et accessoirement leur manière de travailler et de vivre etc….


D’où la création d’un nouveau label HVE pourquoi parce que moins contraignant plus souple plus nébuleux. On peut entendre les supporters s’élever mais cela ne souffre d’aucune contestation, ……..




Le nouveau label haute valeur environnementale peut être regardé comme une supercherie pour certains parce que c’est un cahier des charges allégé comparé à celui des vins bio ou des vins Déméter (qui pour certains sont déjà très souple).

Cela pour moi est plutôt une prise de conscience même dans le marché des vins conventionnels chez les vignerons traditionnels aujourd’hui hein le bio fait vendre.

Alors oui donc on peut voir le côté à moi du verre à moitié plein dans le sens où cette prise de conscience est une première des choses le développement de cette de ce label peut être aussi regardé comme une tromperie pour le client final au regard de son cahier des charges.

Après je peux comprendre que économiquement faire des vins bio peut-être un risque pour des vignerons qui n’ont jamais travaillé de cette manière il faut prendre les choses consciemment mais ce n’est pas en trompant ce monde qu’on arrive à faire évoluer son offre


 

La certification HVE est le niveau le plus élevé de certification environnementale mis en place par l’état, issu du Grenelle de l’environnement et inscrite dans les textes en 2011. Portée par le Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB), syndicat à cotisations volontaires obligatoires la HVE relève du greenwashing, cet écoblanchiment est un procédé de marketing utilisé dans le but de se donner une image de responsabilité écologique trompeuse.


C’est un habillage pour la viticulture qui repose sur la chimie de synthèse, auparavant nommée pudiquement « agriculture raisonnée » qui cherche à rassurer les consommateurs, à « verdir » son image pour se démarquer sur le marché. Elle est séduisante pour les agriculteurs qui ne veulent pas changer de système tout en se donnant une image écologique et responsable sans absolument rien changer à leurs pratiques. HVE n’est même pas une démarche de transition vers des pratiques respectueuses de la santé de l’homme et de l’environnement, du producteur au consommateur, mais uniquement un outil de marketing et de communication. Aussi, les termes « Haute Valeur Environnementale » cherchent à faire croire à une exigence forte vis-à-vis des domaines certifiées.

1400 exploitations viticoles ont la mention HVE. C’est la Gironde, avec 400 exploitations, qui en comptabilise le plus et la Marne qui arrive juste après avec 307 exploitations. La région Nouvelle Aquitaine veut atteindre 80% de fermes certifiées d’ici 10 ans. Dans le cadre de la ≪ transition agricole ≫, le décollage des certifications HVE est un objectif fort de la région. Elle envisage de créer un parcours facilité de la certification, avec financement, elle met plus de budget sur la certification HVE que sur la bio.


 

Contrairement aux certifications Bio ou Biodynamie, il n’y a aucun contrôle effectué par les organismes certificateurs HVE sur les produits issus de domaines labellisés HVE qui puissent garantir les résultats auxquels « s’engagent » les agriculteurs.


Les consommateurs non avertis et mal informés sont facilement dupés par ce label qui ne fournit aucune garantie. Le groupe LIDL n’y a d’ailleurs pas échappé : Lidl cofinance 7 certifications HVE dans le vignoble.


L’éclairage et le décryptage apportés par ces analyses mettent en évidence la réalité des pratiques d’un produit plaisir n’auront bientôt plus autant de portée : il existe des produits œnologiques comme la zéolithe ou le charbon actif qui permettent de décontaminer les vins des résidus de pesticides. Leur action réduit voire efface les traces, les résidus de ces substances de synthèse.

A la pointe de ces produits œnologiques le dernier né, le Flowpure et de loin le plus performant : une aubaine pour les vignerons qui cherchent à invisibiliser leurs pratiques qui reposent sur la chimie de synthèse. D’autant que L’Europe vient d’autoriser un nouvel auxiliaire technologique : les fibres végétales sélectives, capables de fixer les substances actives afin d’éliminer les résidus des produits phytosanitaires dans les vins.


Ces vignerons pourront d’un côté se vanter de vendre des produits « zéro résidus de pesticides » séduisants pour des consommateurs à la recherche de produits respectueux de l’environnement et de la santé et de l’autre, ils pourront invisibiliser la réalité de leur pratique et l’exposition des ouvriers viticoles et des populations riveraines de leurs parcelles aux substances dangereuses et toxiques qu’ils pulvérisent lors des traitements.

Le nouveau label haute valeur environnementale peut être regardé comme une supercherie pour certains parce que c’est un cahier des charges allégé comparé à celui des vins bio ou des vins Déméter (qui pour certains sont déjà très souple).


 

Très répandus dans les exploitations viticoles (82 % des 5 400 certifiés en 2019); « la mention valorisante HVE et le logo qui lui est associé sont la garantie pour le consommateur que les exploitants agricoles [...] mettent en œuvre : une activité agricole qui préserve un haut niveau de biodiversité, une activité agricole qui présente une faible dépendance aux intrants (produits phytosanitaires, désherbants chimiques, azote, eau d’irrigation, etc.) » précise l’amendement. En comparaison, le crédit d’impôt pour l’agriculture biologique s’élève à 3 500 €. A noter qu’en cas de cumul d’aides à la certification HVE (par « l'Union européenne, l'État, les collectivités territoriales ou tout autre organisme public »), le crédit d’impôt total est plafonné à 5 000 €.